• La formation à distance a les pieds sur terre, une leçon de bon sens de Denys Lamontagne

    Publié le 15 décembre 2005 par benoit tostain dans conférence/FOAD/manifestation | Un commentaire

    Des cours à distance pour apprendre à ceux qui aiment apprendre, c’est facile, des cours pour ceux qui n’aiment pas apprendre, c’est plus difficile !

    Denys Lamontagne met la barre haut chez Thot, portail sur la formation à distance qu’il anime à Québec depuis 1997.
    L’accessibilité pour tous est son principe de base. Directeur de Thot, il était l’invité d’Espace Formateurs à Lyon le 5 décembre 2005 pour animer la journée « La formation à distance, en tirer le plein potentiel ».

    Après l’échec d’un dispositif d’insertion, des jeunes en rupture entament un projet de formation auquel a collaboré Denys Lamontagne. Ensemble ils s’engagent à réaliser une formation à l’utilisation de la caisse enregistreuse et de cinq autres formations par la suite. Les bénéficiaires de la formation sont eux-mêmes acteurs de leur formation et des outils qu’ils utilisent.Résultat final, des modules de formation à distance entièrement réalisés en “ flash ” par un public peu qualifié, pour un public peu qualifié.

    L’accessibilité pour tous est son principe de base. Il le décline en 4 étapes :
    Possibilité : la personne doit être dans la possibilité, matérielle, financière, de suivre la formation. Il doit aussi y avoir des cours qui existent.
    Capacité : la personne doit être capable, avoir les pré requis, parler la langue, posséder les connaissances de base…
    Sens : la formation doit avoir un sens pour la personne : quelle va être sa “ plus value ” après la formation ?
    Intégration : ce diplôme, ce niveau, cette qualification seront-ils reconnus ? Cette formation sera t-elle directement “ exploitable ” dans son champ de travail ? L’employeur prévoit-il des conditions pour que je puisse suivre cette formation ?
    Aux organismes de s’assurer que la formation sera intégrée à un système, cette phase fondamentale est souvent négligée ou sous estimée.
    Il ne suffit pas de créer un dispositif de formation, il faut aller vers les gens pour le faire connaître et les initier. Denys Lamontagne incite les acteurs de la foad à prendre leur bâton de pèlerin pour vendre leurs formations.

    “ L’éducation n’a jamais fait bon ménage avec le marketing ! Et pourtant on ne corrompt pas les formations de qualité en les présentant. Le théâtre, la musique fonctionnent déjà avec le marketing et les bons produits de formation méritent d’être connus.
    Lorsqu’on a développé un bon produit l’illusion est de penser que tout le monde le connaît. ”
    Pour regarder un film on dispose de plusieurs réseaux de distribution : salles de cinéma, télévision, location de vidéos, de DVD, TNT… peu nous importe le producteur. Il doit en être de même pour la foad, pour Denys Lamontagne l’avenir de la foad passe par les portails professionnels et par les écoles, bibliothèques et autres environnements d’étude supervisée.

    Copie de l’article original publié sur l’ancien site du journalatelier.com .

    Un commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

    1. Rétrolien: Mooc ITyPA : « Bienvenue dans ma formation ! » – Former Bouger